[French]: Profile of CPA Mackenzie Duke, who wrestles in his spare time

Mackenzie Duke

Canada | Portraits

Un caractère bien trempé

Le CPA Mackenzie Duke a su concilier la pratique des arts martiaux et son travail de directeur principal de l’audit chez BDO Canada.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Mackenzie Duke se souvient parfaitement du moment où il a pris goût au jiu-jitsu brésilien. Il s’entraînait dans un club de boxe de Calgary quand un des gars qui pratiquent les arts martiaux mixtes a commencé à lui lancer des piques. « Malgré sa quinzaine de kilos en moins, il m’a mis au défi de l’affronter, se rappelle M. Duke. J’ai accepté, et il m’a battu haut la main. Ce moment a été une véritable révélation. Quelques jours plus tard, je suivais mon premier cours de jiu-jitsu brésilien. »

Neuf ans ont passé, et M. Duke est devenu un redoutable adversaire de jiu-jitsu, avec de nombreux championnats à son actif. Le CPA de 32 ans, qui a récemment obtenu sa ceinture noire à la JR Academy de Calgary, a su concilier la pratique des arts martiaux et son travail de directeur principal de l’audit chez BDO Canada.

M. Duke dit aimer le caractère primitif du jiu-jitsu. « Le but est d’imposer sa volonté, explique-t-il. Mais ce n’est pas toujours beau à voir. Il faut maîtriser son adversaire et tenter de l’immobiliser. Les mouvements ne sont pas aussi rapides ni aussi impressionnants qu’au taekwondo ou au karaté. »

D’origine japonaise, le jiu-jitsu fut importé au Brésil au début du XXe siècle. Depuis, les Brésiliens y ont apporté leur touche personnelle, mettant l’accent sur le combat au sol et les prises visant à immobiliser l’adversaire. Le sport et ses techniques se sont fait connaître ces dernières années, à la suite des victoires de combattants de jiu-jitsu brésilien au championnat de l’UFC (Ultimate Fighting Championship).

Combattant de 6’ 3” (1,90 m) et de 177 lb (80 kg), M. Duke concourt dans la catégorie des poids moyens. Il a remporté le championnat provincial de l’Alberta à quatre reprises dans sa catégorie et à deux reprises dans toutes les catégories confondues. « Lorsque vous affrontez des combattants d’autres catégories, vous pouvez vous retrouver face à des géants de 300 lb », précise-t-il. Il a aussi remporté le championnat de la Colombie-Britannique trois fois dans sa catégorie et une fois dans toutes les catégories confondues.

M. Duke dit ne plus pouvoir se passer de l’ivresse que lui procurent les compétitions. « Avant un combat, il y a toujours la peur de perdre et l’appréhension de la douleur physique, ajoute-t-il. Quand on s’affronte, tout devient très viscéral. On subit aussi beaucoup de pression. Je pense que toutes ces émotions fortes ne font qu’augmenter l’euphorie qu’on ressent quand on gagne un combat. »