mère avec grand-mère enseignant la jeune fille sur la finance en comptant les pièces de monnaie, avec le pot d'argent en premier plan

Selon une étude, les bonnes habitudes financières se prennent dès 7 ans. Le hic : bien des parents, qui servent pourtant de modèles, rechignent à aborder le sujet si tôt. (JGI/Jamie Grill/Getty Images)

Canada | Littératie financière

7 ans, l’âge idéal pour parler d’argent

Des applis aux jeux de plateau, en passant par l’argent de poche, les moyens d’aider vos enfants à adopter de saines habitudes financières tout en s’amusant ne manquent pas.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Selon une  réalisée par des experts en comportement de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, les bonnes habitudes financières se prennent dès 7 ans. À cet âge, les enfants connaissent déjà la valeur de l’argent et sont en mesure de prendre des décisions éclairées, comme planifier un achat, le reporter, voire y renoncer. Le hic : bien des parents, qui servent pourtant de modèles, rechignent à aborder le sujet si tôt. Voici quelques façons ludiques de le faire.

1. La plupart des institutions financières proposent des contenus Web de base, sans réelle valeur ajoutée. Desjardins se démarque en offrant des vidéos et jeux humoristico-pédagogiques en français ou en anglais, avec La Banque Scotia soutient, quant à elle, la Fondation canadienne d’éducation économique. Leur site, présente une foule de sujets pratiques pour lancer la discussion. À noter : les deux institutions proposent aussi du matériel pour les enseignants.

2. Côté applications, tout dépendra de votre enfant. S’il apprend encore à compter les pièces, optez pour (pour les 5 à 8 ans). Il a perdu une dent? Découvrez grâce à le cours d’une dent sur quelques décennies au Canada. Et s’il a un projet précis, rendez-vous sur La cité argentée (pour les 7 à 12 ans). Votre enfant y découvrira par le jeu comment fonctionne un compte bancaire virtuel.

3. Bien sûr, il y a toujours les jeux de plateau, type Destins ou Jour de paie, mais pourquoi ne pas essayer (7 ans et plus)? Dans ce jeu multilingue, chacun tente de devenir le meilleur vendeur de tapis du souk. À tour de rôle, chaque joueur lance le dé puis déplace Assam, l’organisateur de la vente. S’il s’arrête sur un tapis adverse, le marchand doit payer une dîme à son propriétaire avant de poser un de ses tapis sur un espace adjacent. À la fin, à l’instar du Monopoly, celui qui a le plus de tapis visibles et le plus d’argent l’emporte.

4. L’argent de poche reste une option, que l’enfant pourra même gérer virtuellement grâce à des applications comme ou , mais aussi dans une bonne vieille tirelire, comme . Autant de catégories (dépenses, dons, épargne…) qui stimulent la discussion entre parents et enfants.

5. Enfin, CPA Canada organise la tenue d’ateliers de littératie financière donnés par des bénévoles dans les écoles primaires de l’ensemble du pays dès la 4e année. Au programme : troc, besoins et envies, épargne et compte bancaires, le tout par le jeu. L’atelier Pet Shop (À chacun sa petite bête) a d’ailleurs remporté récemment un prix EIFLE pour le meilleur programme de formation destiné aux enfants (catégorie Responsabilité financière et prise de décisions). Dans le cadre de cet atelier, les élèves apprennent à mieux comprendre le niveau de responsabilité et d’engagement nécessaire pour s’occuper d’un animal de compagnie. 

Voir aussi :