Portrait d'un entrepreneur de femme d'affaires confiant et créatif travaillant à l'ordinateur portable dans le bureau de studio

CPA Canada a lancé en mai son premier programme de littératie financière destiné au nord du pays. Ces ateliers sont conçus pour un public composé de membres des Premières Nations, d’Inuits et de Métis, public qui peut être très varié (travailleurs dans des PME, élèves du primaire et du secondaire, groupes communautaires). (Photo de Hero Images/Getty Images)

Canada | Littératie financière

Direction franc nord : la littératie financière en région éloignée

Grâce à son programme de littératie financière, CPA Canada espère être un artisan du changement auprès des entrepreneurs autochtones.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Le Grand Nord canadien est si vaste que certaines communautés autochtones ne sont accessibles que par avion. Ajoutez une alimentation électrique instable et l’accès Internet par ligne commutée, et vous comprendrez que proposer un programme de littératie financière à ces communautés relève du défi.

Outre les aspects logistiques, il faut savoir « se connecter », oserons-nous dire, à nos concitoyens septentrionaux et leur fournir de l’information et de la formation pertinentes.

CPA Canada souhaitait joindre cette population, et a donc tenu compte de son contexte particulier. Après avoir adapté des contenus, noué des partenariats et recruté des bénévoles, l’organisation a lancé en mai son premier programme de littératie financière destiné au nord du pays. En outre, une expansion des services dans ces régions est déjà dans les plans.

« C’est une question de connaissance des groupes que nous desservons, explique Li Zhang, directrice de projets, Responsabilité sociétale, à CPA Canada. Les partenariats sont essentiels : nous voulons en bâtir avec les industries, minières et forestières dans ce cas-ci, et instaurer des programmes en milieu de travail. »

Les partenaires de CPA Canada (notamment Lester Landau Chartered Professional Accountants, Agnico Eagle Mines Limited et Atuqtuarvik Corporation, au Nunavut) l’aident à nouer des liens avec les communautés nordiques et à gagner leur confiance, mais aussi à cerner qui est susceptible d’être intéressé par les ateliers, à déterminer les besoins et à préparer le terrain.

« Nous visons à parfaire les compétences des entrepreneurs autochtones, pour les aider à réussir. »

Ces ateliers sont conçus pour un public composé de membres des Premières Nations, d’Inuits et de Métis, public qui peut être très varié (travailleurs dans des PME, élèves du primaire et du secondaire, groupes communautaires). Les sujets abordés vont du simple au complexe : emprunter ou payer comptant, établir un budget, faire affaire avec des prêteurs et des investisseurs, maintenir un bilan financier sain, etc.

« Il faut s’efforcer d’être tout à fait pertinent, précise Mme Zhang. L’information fournie doit bien cadrer avec la situation de ces personnes, sinon on perd leur intérêt. »

personnel de lester landauShawn Lester (cinquième à partir de la gauche) et le personnel de Lester Landau, comptables professionnels agréés, ont contribué aux ateliers de littératie financière. (Avec l’autorisation de Lester Landau) 

À ce jour, CPA Canada et ses partenaires ont tenu 26 ateliers ici et là dans le Grand Nord, par exemple à Baker Lake et à Rankin Inlet, au Nunavut, et dans les villes capitales : Iqaluit, Yellowknife et Whitehorse. Des ateliers ont été organisés en collaboration avec la Banque de développement du Canada (BDC) et des institutions financières autochtones du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest.

L’alliance entre CPA Canada et BDC a été formée en 2015. Depuis, une centaine d’ateliers de littératie financière ont été donnés aux quatre coins du pays – et d’autres sont prévus. Ce genre de collaboration dans les villages éloignés plaît particulièrement aux entrepreneurs.

« Nous visons à parfaire les compétences des entrepreneurs autochtones, pour les aider à réussir » mentionne Ryan McLean, vice-président au financement, Nord et Autochtones, à BDC. « Au nom de la BDC, nous sommes heureux de collaborer avec CPA Canada sur ces ateliers pour entrepreneurs de partout au pays. »

Les bénévoles, qui doivent souvent se rendre dans des endroits difficiles d’accès, jouent un rôle crucial dans le succès des ateliers, y consacrant parfois jusqu’à une semaine. Le Torontois Eitan Dehtiar, CPA, CMA, est l’un d’eux. Il cite les défis majeurs, c’est-à-dire concevoir du matériel didactique utile dans le contexte nordique, tenir compte de niveaux d’alphabétisme très variés et organiser les ateliers de façon à optimiser le temps passé là-haut.

« Une grande partie du travail consiste à adapter la matière couverte, explique M. Dehtiar. Ce qui est présenté à Toronto n’est souvent pas pertinent dans un endroit éloigné où les infrastructures sont minimales ou différentes. La logistique et les coûts élevés sont deux autres facteurs qui nous obligent à moduler nos exposés et nos conseils. »

CPA Canada projette d’élargir ses interventions dans les régions très éloignées et entend continuer de bâtir des partenariats, de soutenir les bénévoles et d’adapter ses ateliers au besoin. « Nous voulons faire équipe avec des organismes ou entreprises avec qui nous avons une communauté de pensée et d’objectifs, tout en évitant de faire double emploi », précise Mme Zhang.

Objectif fondamental : un programme de littératie financière qui peut transformer les communautés et qui contribue à changer les mentalités pour les générations à venir.

M. Dehtiar approuve : « Compte tenu de tous les défis auxquels ces gens font face, c’est extraordinaire de voir à quel point ils retirent beaucoup d’enseignements de nos visites chez eux. Bon nombre finissent par acquérir une indépendance financière. Quand on comprend mieux les aspects financiers, ça réduit le stress... notre situation familiale s’améliore... et ça peut transformer totalement une vie. »

Une longueur d’avance

Pour agir concrètement en vue d’améliorer la littératie financière dans les communautés éloignées du pays, le Comité directeur national sur la littératie financière ainsi que Jane Rooney, chef du développement de la littératie financière à l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, la mise sur pied d’un groupe de travail chargé de cerner les besoins en littératie financière des peuples autochtones. Doretta Thompson, directrice de la Responsabilité sociétale à CPA Canada, fait partie de ce groupe de travail.

Mme Rooney et Simon Brascoupé, d’AFOA Canada, coprésideront le groupe de travail, dont le mandat est de renseigner, d’élaborer des programmes et de définir les priorités en matière de recherche. AFOA Canada propose trois programmes d’agrément. L’un deux, Certified Aboriginal Financial Manager, est un préalable au programme de Certification avancée en comptabilité et finance de CPA Canada, qui peut éventuellement mener à l’obtention du titre de CPA.