Drapeaux volant à une frontière américaine et canadienne

Publié le 17 juillet, le rapport CPA Canada Tendances conjoncturelles (T2 2018) révèle que 68 % des répondants jugent le Canada moins concurrentiel que son voisin du Sud au chapitre des investissements et des affaires. (Photo de Katherine Welles/Shutterstock)

Monde | Nouvelles

En affaires, le Canada est-il moins concurrentiel que les États-Unis?

D’après le sondage trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles, le fardeau fiscal global entrave les investissements au Canada.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Selon le dernier sondage de CPA Canada, les dirigeants d’entreprise invoquent le fardeau fiscal canadien comme principale raison pour laquelle notre pays est perçu comme moins concurrentiel que les États-Unis, d’où la nécessité d’une réforme fiscale.

Publié le 17 juillet, le rapport CPA Canada Tendances conjoncturelles (T2 2018) révèle que 68 % des répondants (des comptables professionnels occupant des postes de direction : chefs de la direction, chefs de l’exploitation et chefs des finances de sociétés à capital ouvert ou fermé) jugent le Canada moins concurrentiel que son voisin du Sud au chapitre des investissements et des affaires, par rapport à il y a un an. Ainsi, 29 % des participants au sondage invoquent le fardeau fiscal global, et 14 %, la réforme fiscale américaine, comme principales raisons.

« Le régime fiscal du Canada est un élément essentiel à la création d’un environnement économique favorable, explique Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada. Les résultats du sondage confirment la nécessité de procéder à un examen exhaustif du système fiscal canadien, mené par un groupe d’experts indépendants, dans le but d’en réduire la complexité et l’inefficience ainsi que d’en rehausser l’équité et la compétitivité. » 

Plutôt sceptiques, à peine 32 % des répondants envisagent avec optimisme les perspectives de l’économie canadienne au cours des 12 prochains mois. Il s’agit d’un recul de 18 points de pourcentage par rapport à pareille date en 2017. Le protectionnisme commercial américain (39 %) et l’incertitude liée à l’économie canadienne (14 %) sont, à l’heure actuelle, les deux principaux obstacles à la croissance économique du pays, estiment les répondants. 

Les comptables professionnels sont optimistes quant à la croissance des entreprises : 68 % des répondants s’attendent à une augmentation du chiffre d’affaires de leur entreprise dans la prochaine année, et 60 %, à une hausse du bénéfice. Ils trouvent cependant difficile de pourvoir des postes de travailleurs qualifiés et professionnels, notamment des postes d’ouvriers qualifiés (37 %), de travailleurs qualifiés ou de spécialistes des TI (22 %) et de cadres intermédiaires (17 %). 

Le niveau d’endettement des particuliers canadiens est aussi préoccupant : 4 répondants sur 10 y voient une menace pour la demande future de produits et services offerts par leur entreprise. Plus de 80 % des professionnels interrogés estiment que l’administration fédérale doit continuer d’inciter les citoyens canadiens à réduire leur niveau d’endettement personnel. 

« La dette des ménages canadiens reste le risque le plus important pour la stabilité économique, explique Francis Fong, économiste en chef de CPA Canada. Le ratio dette/revenu au Canada s’est quelque peu stabilisé grâce à un léger ralentissement de l’activité sur le marché du logement, mais les entreprises s’inquiètent à juste titre de l’évolution de ce risque. S’il devait prendre une tournure désordonnée, cela pourrait avoir de graves répercussions sur les perspectives économiques. »

M. Fong ne s’étonne pas des résultats du sondage et ajoute que, malgré la vigueur relative de l’économie, les entreprises sont circonspectes. « Tout compte fait, l’économie intérieure continue d’afficher une forte croissance : le taux de chômage avoisine un plancher record, la croissance du PIB l’an dernier a été très forte, par exemple. Toutefois, les risques étant légion, si les entreprises bénéficient de cette vigueur économique intérieure, elles s’inquiètent aussi de l’avenir. »

À PROPOS DE CPA CANADA TENDANCES CONJONCTURELLES

Commandé par CPA Canada et réalisé par Nielsen, le rapport CPA Canada Tendances conjoncturelles est publié chaque trimestre. Le sondage du deuxième trimestre de 2018 a été mené par courriel. Sur 5 922 comptables professionnels occupant des postes de direction, 466 y ont répondu entre le 31 mai et le 17 juin 2018.