Les employés se sentent plus impliqués et plus motivés quand leur milieu de travail leur offre des défis et une certaine flexibilité. (Photo de Shutterstock)

@travail | Tendances

Le secret d’une culture d’entreprise attrayante et stimulante?

Un savant mélange d’à-côtés, de politiques et de leadership.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Vous offrez à vos employés divers avantages indirects, comme le télétravail, l’horaire flexible, les mercredis pizza et les vendredis sans réunion. En outre, vos bureaux sont fermés aux Fêtes.

Cependant, malgré ces à-côtés (qui améliorent la qualité de vie selon 53 % des répondants à un en février dernier), les résultats ne sont pas au rendez-vous. La productivité stagne, le taux de rotation est élevé… et le café gratuit grève le budget de l’entreprise.

Que nous disent les tendances? Que si vous souhaitez réellement stimuler la productivité de vos employés, les appuyer et les fidéliser, vous devez penser expérience et engagement.

« Les vendredis sans réunion, c’est bien beau, mais ça ne suffit pas à long terme », explique Soley Soucie, directrice de secteur, Région de l’Est, à l’agence de recrutement Hays.

Selon une menée en 2017 par cette agence, la culture d’entreprise et le développement de carrière sont de plus en plus importants aux yeux des travailleurs. Ces facteurs talonnent même le premier, le salaire, au moment de prendre la décision de changer d’emploi. « Ce qui compte, désormais, c’est le travail lui-même, l’attrait qu’il exerce », poursuit Mme Soucie. (Voir aussi Consulter souvent ses employés pour préparer le futur : l'exemple de StackAdapt)

On ne s’étonnera pas, donc, que la culture d’entreprise et l’engagement du personnel soient deux grands défis que doivent relever les services des ressources humaines, d’après une enquête de 2012 de SHRM/GLOBOFORCE, .

De fait, pour améliorer le recrutement, la fidélisation et la satisfaction du personnel, vous devrez peut-être dépoussiérer la culture de votre entreprise. La tâche peut vous sembler colossale et coûteuse, mais elle ne l’est pas vraiment.

« Le mot d’ordre est modernisation, fait remarquer Mme Soucie. Il n’est pas nécessaire de tout changer. Souvent, quelques changements suffisent. Cela dit, les responsables du marketing et des ressources humaines doivent se tenir au fait des tendances pour faire des choix judicieux. »

Qu’entend-on par modernisation? Par où commencer? Voici quelques conseils.

POINT DE DÉPART

Le meilleur moyen de connaître les besoins (satisfaits ou non) de vos employés est de réaliser un sondage auprès d’eux. Leurs réponses vous indiqueront, par exemple, s’ils se sentent déconnectés ou s’ils estiment que l’entreprise devrait changer d’orientation ou se montrer plus novatrice à certains égards. Cet éclairage facilitera l’évaluation des besoins et servira de point de départ pour modifier vos politiques en vue d’instaurer une nouvelle culture d’entreprise.

RECRUTEMENT

La manière dont vous présentez votre organisation aux employés potentiels est aussi importante que la façon dont vous vous adressez à votre clientèle. Un conseil à garder à l’esprit lorsque vous parlerez de votre nouvelle culture, que ce soit dans les médias sociaux ou dans le cadre d’autres activités de promotion. Encouragez votre personnel à parler des expériences positives qui ponctuent leur cheminement au sein de votre entreprise.

« Concevez une culture d’entreprise attrayante et stimulante, puis faites-la valoir », recommande Mme Soucie.

« Faites-en un élément clé de votre proposition, car le recrutement et la fidélisation du personnel ne se limitent plus à afficher un poste et à attendre les CV. Plutôt, l’idée est de trouver des candidats et de les attirer à vous avant même qu’ils songent à changer d’emploi. »

PERFECTIONNEMENT

Même si le point n’a pas été soulevé par vos employés, réfléchissez au perfectionnement professionnel. Donnez-vous à vos employés l’occasion de prendre de l’expérience dans un autre poste ou un autre service? Cette façon de faire a l’avantage de favoriser le développement des compétences et la fidélisation du personnel. Vous bornez-vous à offrir à vos employés des cours sans lien réel avec leur travail?

« Croyez-moi, si vos employés n’ont pas la chance de se perfectionner, ils vont abandonner le navire, car l’avancement et l’acquisition de connaissances sont importants à leurs yeux », renchérit Mme Soucie.

« La plupart des organisations associent le perfectionnement à des cours ou à des formations. Pourquoi ne pas tout simplement affecter des employés à un nouveau projet, ou leur proposer un détachement temporaire? »

Mme Soucie cite le cas d’, qui ne se contente pas de payer des cours, notamment de langue, à ses employés. Grâce aux affectations et aux mutations, EDC leur permet d’acquérir de l’expérience dans divers services de l’organisation, comme on peut le lire sur son .

PRÊCHER PAR L’EXEMPLE

Si vous souhaitez instaurer un changement, assurez-vous d’abord que tous les membres de la direction, à tous les échelons, y adhèrent. Particulièrement si ce changement influe sur la culture générale de l’organisation.

« C’est tout un défi d’accorder ses violons », souligne la spécialiste en accompagnement de cadres Catherine Thorburn. « Toutefois, une chose est claire : la haute direction doit prêcher par l’exemple. »

Impossible de s’en sauver, ajoute Mme Thorburn: « Changer une culture, quelle qu’elle soit, exige beaucoup de travail. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut persévérer et renforcer constamment le message qu’on souhaite transmettre. »